Paris Brest Paris 2007





Je n'ai pas la prétention, dans ces pages, de donner de conseils aux uns ou aux autres pour cette épreuve, pour la bonne raison que je ne l'ai jamais faite. Je veux simplement partager mon expérience et je suis à l'écoute de toute suggestion pour cette préparation.
Pour s'y préparer, il faut s'en imprégner. Pour ma part, cette imprégnation date du 21 août 2003.
Ce jeudi, lors d'une sortie d'entrainement, j'ai choisi de parcourir la route entre Villaines la Juhel et Gorron à la rencontre des randonneurs sur le chemin du retour et j'ai découvert un échantillon "non représentatif" de cette randonnée, mais suffisant; j'étais prêt pour l'édition 2007.

Il ne me restait plus qu'à me préparer :
Je rejoins les AUDAX LAVALLOIS début 2004, car ils sont habitués aux longues randonnées et sauront me faire partager leurs expériences,
Je lis de nombreux articles, découvre des récits, photos, dont il est parfois difficile de s'imaginer la réalité,
Je recherche des sites où il est question de ce sujet et d'autres similaires.

Ci dessous, quelques liens bien utiles dont je me suis inspiré :

Les commentaires d'éditions passées :

Tandem Noir Récit Aout 2003 Villaines La Juhel Récit d'un hollandais
Les abeilles 2003 Wikipedia Récit édition 1987 Récit édition 2003
L'art de dormir en 2003 Galerie photos Edition 1999 Edition 1999, 1° PBP
C'est aussi ça 2003 Tandem 2003 de 1995 à 2003

Les sites consacrés à l'édition 2007 :

Site officiel parisbrestparis.tv cyclos-cyclotes.org Et si c'était vous ?
Forum calendrier des brevets



Mon programme de préparation :


FIN 2006 :

Pas d'arrêt complet mais des sorties alternées route et VTT détente (seulement 700 km en 3 mois).

JANVIER :

Reprise de l'entrainement chaque week-end, en compagnie de mes nouveaux collègues de route de l'ACT CHANGE 72. A la fin du mois, j'en suis à moins de 500 km, mais pas de panique.

FEVRIER :

Je démarre sérieusement en allongeant les distances à compter du milieu du mois. Ne pouvant pas rouler 1 semaine sur 4, je vais adapter mes sorties sur ce calendrier. Je parviens aisément à faire la centaine de km à chaque sortie, et je m'habitue à mon nouveau cadre, mais pas de vélo. Après une dizaine d'année en Mayenne, je découvre la Sarthe. Mes routes d'entrainement me permettent de parcourir les forêts de pins et la forêt domaniale de Bercé. En 7 sorties, j'en suis à 650 km. Les conditions météo sont plutôt agréables avec des températures douces pour ce début d'année.

MARS : Le mois du premier brevet qualificatif de 200km.

Il me faudra réaliser 1 sortie d'au moins 150 km auparavant pour me rassurer. Celle-ci est programmée dès le 3 mars, via Chateau-du-Loir, Rouziers de Touraine, Ternay et Ste Cérotte avant retour à St Mars d'Outillé. M'étant égaré à Epeigne-sur-Dême, et usé prématurément par le vent, je n'ai fait "que" 135km mais j'en ai rajouté 105 dès le lendemain avec mon club de Changé 72.
Le 14, je programme une sortie de 175 km pour aller pointer 2 BPF à Baugé et St Mathurin sur Loire. les conditions météo sont agréables avec une température et un soleil printannier, et un léger vent défavorable sur la seconde moitié du parcours. J'ai ainsi fait 180 km en 8h, ce qui me satisfait.
Le 25 a lieu le grand rendez-vous pour un départ dès 7h du matin à Averton. Le temps est frais et humide jusqu'en fin de journée ou les premiers rayons du soleil font leur apparition pour ma dernière heure de route. Parti avec un goupe de 20 cyclos plutôt sportifs, je reste dans ce groupe jusqu'à Jublains (km 115 à 11h35). Je repars à 12h avec un autre groupe de 9 auquel se rallie 3 autres à Montsûrs. Après le froid plus ressenti avant Montsurs, les difficultés viennent du vent contraire auquel s'ajoute des gouttes de pluie. La sortie de Sillé le Guillaume offre une difficulté géographique accentuée par la fatigue. A Fresnay sur Sarthe, je décide de faire laisser partir mes compagnons de route pour terminer à mon rythme, ce qui me permet de récupérer et de terminer ce brevet agréablement et reposé.
J'achève ces 206 km à 15h45, soit près de 8h de route et 1h d'arrêt.
Le prochain rendez-vous se déroulera le 22 mai à La Ferté Bernard pour les 300 km.
J'en arrive à 2200 km en cette fin de mois.

AVRIL : Préparation et brevet de 300 km.

Après plus de 10 jours de repos pour cause d'impossibilité de rouler, je j'allonge progressivement les distances en allant jusqu'à faire une sortie de 200km en solitaire le 14. Je me suis ainsi rendu sur les bords de Loire à Amboise en parcourant 110 km avant la pause déjeuner. Mon plan de route était basé sur une moyenne de 24km/h, que j'ai tenu sans difficulté sinon la dernière heure ou la fatigue et les déclivités m'ont fait descendre à 22. Une bonne journée par beau temps avec un léger vent contraire sur le retour. Le lendemain, aucune difficulté pour mes 110 km avec mes compagnons de route de Changé, à une vitesse légèrement plus réduite qu'à l'accoutumée pour cause de brouillard.
Dimanche 22, lever à 0h après 2h de sommeil pour me rendre à La Ferté Bernard où le départ se fait à 2h. Très peu de participants (23). Je démarre le brevet en compagnie de 10 autres cyclos, dont 2 groupes sont accompagnés d'une voiture d'assistance. Nous profitons ainsi d'un éclairage nous permettant de tenir un rythme soutenu qui me fait prendre d'ici à 6h, 1h30 d'avance sur mon plan de route sur une base de brevet Audax. Après nos contrôles de nuit à Bonneval et Artenay (où nous apercevons quand même le moulin de pierre haut de 16m), le groupe se brise en 2 et je décide de laisser partir mes 4 compagnons car j'estime ce rythme trop élevé. Je poursuis avec 6 cyclos de Mortagne jusqu'à Jargeau, ou nous traversons la Loire à mi-parcours. Je décide ici de faire un réel arrêt à 7h45 (pour 10h15 planifié) pour prendre un petit déjeuner et retourner sur le pont pour quelques photos de gabarres.
la Loire à Jargeau     Beaugency, ville fleurie     chateau en Sarthe
Après 30mn, je reprend donc la route seul,et j'en profite pour observer la nature en entrant en Sologne, et elle me le rend bien : un brocard, un couple de faisan dont les plumages sont éclatants sous les rayons du soleil, un lièvre prenant son déjeuner. J'atteins Beaugency à 10h et m'arrête une nouvelle fois près de 30mn avec des amis. Je fais ma pause déjeuner peu avant 12h et repars à 13h. Quelques randonneurs sont passés pendant ce temps et je ne les reverrais pas avant l'arrivée. Après Cloyes, le parcours redevient légèrement accidenté et je termine la dernière étape à une moyenne de 24 km/h.
Une bonne journée en somme, mais dommage que nous n'ayons pas été plus nombreux au départ avec la possibilité de rouler régulièrement au long de la journée. Reste à bien récupérer et à me préparer pour le 400km de Laval dans 3 semaines. J'aimerais bien trouver des compagnons de route disposés à réaliser le tout sans sommeil, mais en marquant les arrêts nécessaires pour une bonne restauration au long du brevet.

D'ici là, je devrais changer de compagne de route et disposer d'une randonneuse taillée pour les brevets et longues distances telles PBP puis, ... les diagonales (en rêve pour l'instant).
A bientôt donc, et si vous souhaitez vous joindre à moi pour le 400, n'hésitez pas à me contacter.

Ce dernier WE du mois, je viens de prendre possession de ma randonneuse. 60 km le vendredi, 135 le samedi et 100 le dimanche sur des terrains variés me permettent de la prendre en mains. Quelques automatismes demandent encore à être pris pour bien l'apprivoiser.

J'en arrive à 1400 km pour ce mois, et un total de 3600 km depuis le 1° janvier.

MAI : la montée en puissance va se confirmer avec le BRM400 et la préparation du 600.

Je réaliserais ces 2 BRM organisés par les AUDAX LAVALLOIS le 12 et 13 mai puis les 10 et 11 juin.

Ce samedi 12 mai, 112 cyclos se sont donnés rendez-vous auprès des AUDAX LAVALLOIS pour réaliser leur 3° brevet qualificatif : celui de 400 km. Le temps est couvert avec un vent d'ouest relevé qui perturbera cette randonnée, mais ce ne sera pas le seul élément perturbateur.
Suite aux 2 précédents brevets que j'ai réalisé à une allure que je juge trop rapide, j'ai décidé de réaliser ce brevet en compagnie de mes amis de Laval qui sont décidés à le faire à un rythme moins soutenu. Dès le départ, nous nous installons en fin de groupe. Au premier contrôle à Vitré après 37 km; le groupe est éclaté mais presque tous mes compagnons de route sont trop en retrait. Je décide donc de poursuivre avec mes compagnons de route, et c'est ici que je commet ma première erreur. Après divers évènements, nous sommes 9 au contrôle de Dingé au km 89 dont 3 de Gorron et 2 de Villaines. Bécherel apparait à l'horizon et pour la première fois, je découvre la montée vers l'antenne sur cette face. Tout se passe bien pour moi, le rythme est plus régulier et je suis maintenant apte à mener avant l'arrêt diner à St Méen le Grand au km 133. Notre moyenne depuis le départ est de 27,5 km/h. Nous oublierons vite notre restaurant ou l'accueil fut médiocre, l'attente longue (1h) et le repas plutôt léger.
Alors que certains n'ont pas encore commencé leur diner, nous repartons bien couvert pour se protéger de la fraicheur de la nuit vers 23h15. Après minuit, la pluie vient à tomber, je commence à avoir du mal à suivre mes compagnons et plus tard, les laisse partir lorsque je passe mon imperméable à 00h30. Je poursuis seul jusqu'au contrôle de Plumelec, et il m'est bien difficile parfois de trouver ma route avec la pluie battante.
Alors que je me débat pour tenter de régler un problème de clipsage des mes cales sur mes pédales automatiques, un groupe important me double et je décide de me joindre à eux. Leur rythme ne me parait pas exagéré mais n'ayant pu caler mes chaussures, je ne peux les accompagner. Je reste seul puis accompagné d'un cyclo jusqu'à Questembert, et nous profitons d'une accalmie de la pluie pour discuter. Lorsqu'il veut pointer ici, je lui indique que notre prochain pointage n'est qu'à Férel et après d'âpres échanges, je lui demande si nous faisons le même brevet sous forme de boutade. Il me dit alors qu'il fait le 400 de Loudéac, moi le 400 de Laval. le quiproco est levé et je comprend mieux pourquoi tant de cyclos m'ont doublé à Plumelec alors qu'il n'en restait guère derrière moi. Perdu au centre ville, j'ai la chance d'y rencontrer 7 angevins qui font le brevet de Laval et nous repartons ensemble. Peu après, nous entrons dans une zone d'orage accompagnée de forte pluie pendant plus d'une heure. Nous arrêtons poster nos cartes à Ferel, toujours sous le déluge, et décidons d'en repartir, le temps ne s'améliorant pas. Avec le lever du jour vers 5h30, la pluie diminue. Nouveau coup de fatigue et je reste seul vers 6h30. Je recherche un café ouvert, double les angevins arrêtés dans une boulangerie. Nous nous retrouvons à Genrouet vers 7h autour de grands cafés et croissants.
Pas pressé car je sais que mes amis sont derrière, je ne repars qu'après un bon moment de repos pour rejoindre Nozay ou est prévu le petit déjeuner. A mon arrivée au restaurant, qu'elle n'est pas ma surprise d'y voir plus de 20 cyclos dont les lavallois sur le point de partir car ils viennent de terminer leur p'tit déj. AYant besoin de me restaurer, je décide de le prendre comme prévu et me retrouve seul et cette fois, sans pouvoir compter sur leur compagnie pour les 100 derniers km. Bien ravitaillé, je roule à un bon rythme jusqu'à Pouancé puis décide de rouler plus calmement pour ne pas arriver épuisé. A 10 km de Laval, Jacques qui est venu à notre rencontre me dit que les autres ne sont pas loin derrière. Qui ? le groupe des lavallois. Alors que je traversais Pouancé, ceux-ci étaient dans un café et je ne les ai donc pas vu. Je les attend et nous terminons le brevet ensemble.

15h35 samedi : Inscriptions avant le départ 10h00 dimanche : Fin du brevet pour Jean Philippe
13h30 dimanche : j'approche de Laval 14h35 : Fin du brevet pour moi
14h35 14h40 : signature de ma feuille de route 14h45 : et si c'était un coup de fatigue !

Pour conclure, si je m'en étais tenu à mon programme initial, sans doute aurais-je été moins fatigué mais surtout, pas seul. Ce qui n'est guère gênant le jour, est très pénalisant la nuit. Heureusement que j'ai rencontré des cyclos connaissant le parcours, mais surtout que je n'ai pas pu suivre le groupe rencontré à Plumelec car je me serais peut-être aperçu bien trop tard que je n'étais plus sur le bon parcours.
Pour le prochain, c'est clair, je roule Lavallois.


JUIN : le 600.

Les 10 et 11 juin, dernière étape de qualification pour l'aventure.
J'ai bien apprécié le brevet de 300 AUDAX réalisé à Changé 72, avec reprise de la réalité AUDAX : vitesse de 22,5 km/h, arrêts toutes les 2h, repas programmés pour le petit déjeuner et le déjeuner. Je me rends compte que pour moi, c'est à ce rythme qu'il faut que je me prépare. L'expérience de l'an dernier montre qu'en respectant ces règles, PBP est réalisable en 85h. Il reste donc du temps pour pallier à tout incident.
Le 600 au départ de Laval devra me confirmer ce mode de fonctionnement.

Par contre, je dois aussi mettre à profit cette semaine pour reposer ma cheville droite qui m'avait fort inquiété il y a 8 jours. Je n'avais roulé que le samedi car de vilaines douleurs tendineuses ont fait leur apparition. Aucune séquelle lors du 300 que j'ai réalisé en restant dans le peloton, mais encore quelques sensations ce dimanche matin. De plus, mon assise me perturbe aussi, et ce n'est pas sans inquiétude que ve se passer cette semaine.


Dans cette attente, je ne roulerais sans doute pas beaucoup car d'autres travaux m'attendent. Je serais quand même présent à Changé 72 pour réaliser un brevet AUDAX de 300 km afin de répondre aux exigences d'inscription à Paris Tourmalet AUDAX en Juillet.

Ce samedi 10 juin, nous sommes 95 à nous retrouver pour un nouveau départ, très important pour la grande majorité d'entre nous qui souhaitons participer à PBP et qui avons impérativement besoin de réussir.
5h40 : dernières formalités pour obtenir la carte de route
5h55 : tous prêts pour le départ la première montée à l'approche de L'Huisserie
La sélection entre les groupes se fait très rapidement en abordant L'Huisserie. Je respecte ma décision et reste avec les lavallois qui n'ont pas d'autre objectif que de réaliser le brevet dans les temps impartis, soit 40h. Une vingtaine de cyclos font route ensemble et dans un esprit proche des AUDAX : pauses régulières, allure modérée. Les conditions de route s'annoncent bonnes.
8h30 : premier arrêt après 50km à Chateauneuf sur Loire 9h50 : appoche de St Mathurin sur Loire
A l'entrée de Saumur notre groupe éclate lors de la recherche de la bonne direction. Nous nous retrouvons tous à Fontevrault l'Abbaye pour le déjeuner. C'est ici que je fais la connaissance de PAPOU53 avec qui j'ai eu l'occasion d'échanger sur le forum de PBP. L'après midi se déroule sous un soleil éclatant et les arrêts pour se ravitailler sont très appréciés. La fatigue comence à faire ses premiers effets et l'allure s'en ressent. Certains allongent les arrêts et je termine la journée en compagnie d'autres cyclos. Je termine cette journée à 21h45, soit avec 1/2h de retard sur mon plan de route défini sur une allure de 24km/h. A notre arrivée, plusieurs ont déjà bien entammé leur diner et ne tardent guère à aller se coucher. Pour tous, afin de permettre à notre hôtellière de bien s'organiser, nous décisons un départ dès 3h le matin. La nuit sera bien courte.
les montsurais sont en majorité Belabre Diner
Dimanche, lever à 2h15 pour prendre un petit déjeuner. Certains n'avaient guère faim hier soir et n'ont pas plus d'appétit à cette heure matinale. Moi, je n'ai pas perdu l'appétit, mais suis très fatigué, en ayant l'impression de ne pas avoir pu m'endormir. Les 2 premières heures dans la nuit, entraversant la Brenne au milieu de ses étangs et avec un léger brouillard me paraissent très rapides. Pourtant, à 5h, nous n'avons parcouru que 40 km. La 2° étape est encore plus dure, mon envie de dormir est très forte et sans la présence de mes compagnons de route, j'aurais certainement pris le temps de me coucher un moment dans un abri. Nulle envie de me retrouver seul, de devoir chercher ma route et donc de perdre un temps précieux. Je m'accroche. Lors de quelques échanges avec les uns où les autres, je me rends compte que dans notre silence, nous sommes tous dans la même situation. A 7h00, nous arrivons à Loches où nous espérons tous prendre un bon café ou chocolat chaud, mais aucun café ouvert sur notre chemin. Nous devrons nous contenter de nos provisions respectives et d'eau jusqu'au prochain arrêt.
Notre arrivée à Montbazon 8h45 est bien appréciée. 25 mn d'arrêt pour bien nous ravitailler, et il est déjà temps de repartir. Le soleil est bien levé, et la route commençant à retrouver quelques reliefs, je retrouve de bonnes sensations. 6h viennnt de se passer pendant lesquelles la motivation n'était plus là, les évênements subis. OUF !
Loches Azay le rideau Langeais
Hommes déjeuner à Rillé
Plus que 130 km à parcourir. le moral est bon et je passe beaucoup de temps à l'avant pour donner le tempo au groupe afin de rester grouper, surtout dans les bosses. J'apprécie ce terrain et les leçons que j'ai apprises ces dernières années auprès des Audax Lavallois sont mises en application. A Chatelain, un arrêt non programmé : PAPOU53 nous invite à nous arrêter dans son village ou nous sommes accueillis et ravitaillés par son fan club. Pour la prochaine fois, nous apprécierons encore plus si le tapis est déroulé sur la départementale. MERCI.
Dernier pointage à Chateau Gontier.
Chateau de Durtal, BPF49 Jean Louis et Daniel, nos 2 guides tout au long de la journée
Il ne reste qu'à rejoindre Laval groupé mais, à la sortie de Nuillé le Vicoin, quelques uns profitent de la côte pour se défoncer. Les 600km ne leur ont pas suffit. Dommage qu'ils n'aient pas tous eu la sagesse d'attendre à L'Huisserie ou s'est opéré le regroupement avec les moins rapides. Ceci nous aurait donné l'occasion de partager jusqu'au bout cette aventure commencée 37h15 plus tôt.
Jean Louis, dont l'expérience en navigation a été précieuse Félicitations à tous. Il ne reste qu'à traverser la Mayenne pour 
valider le brevet et obtenir le passeport pour PBP


Dernière étape : l'inscription à PARIS BREST PARIS 2007.
C'est chose faite lundi soir.


JUILLET : Paris Tourmalet.

Voir le compte rendu de ce 1° brevet de 1000 km en hommage à Jacques GODDET. (lien sur la page d'accueil)

Et c'est ici que les problèmes commencent.
Après 4 jours ou le temps n'a guère été de la partie, je suis victime d'une tendinite le dernier jour. Je renonce à monter le col du Tourmalet avec les rescapés du brevet (Environ 60 sur 75 partants) afin de me reposer au plus vite pour me soigner. Je pense que tout devrait rentrer dans l'ordre en 2 semaines et il me restera donc 4 semaine spour me préparer.
15 jours n'y suffisent pas et le doute s'installe. Après près de 4 ans de préparation pour réussir, il me faut me préparer, non pas à échouer, mais peut-être même à ne pas prendre le départ.
Les soins avec kiné sont engagés, une course contre le temps, bref, aujourd'hui je trouve que le départ est trop proche. La 3° semaine je reprend le vélo pour des sorties de moins d'1 heure par jour.
Le 1° août, je fais 2h durant lesquelles la douleur est toujours présente,
le 2 je voulais faire 50 km mais après 1 heure je rentre car c'est la même chose. Ce soir, je confie à mes proches que dans ces conditions, je ne pourrais pas prendre le départ.
Le lendemain, les réflexions se poursuivent, le mal est encore là. Je ne serais pas à vélo, mais je ne raterais pas la fête pour laquelle je me suis préparé. Je ferais Paris Brest en spectateur. Pas de vélo aujourd'hui.
Samedi 4, je tente le tout pour le tout : Je pars comme je l'avais programmé il y a 15 jours pour une centaine de km. A défaut de prendre le départ pour rallier Paris, je pourrais le prendre pour vivre l'aventure de l'intérieur, tant qu'il en sera possible. Après tout, rejoindre Vilaines la Juhel serait déjà bien. Je prend la route à 13h30 sous un soleil radieux, un ciel sans nuage, et c'est sans aucune douleur que je roule pendant 4 heures à travers la forêt de Bercé et sur les bords du Loir.
Dimanche 5, je repars dès 7h45 pour 4h30 de vélo. Tous se passe bien.
Quand sera t'il dans les jours prochains ? La poursuite des séances de kiné, une sortie mercredi matin. AFFAIRE A SUIVRE ...




Carte des parcours des BRM qualificatifs que j'ai réalisé pour accéder à PBP :
les Brevets des Randonneurs Mondiaux pour accéder à Paris Brest Paris






Pour conclure, quoi de mieux que ces photos significatives pour s'imaginer et rêver de PBP !



Les derniers préparatifs à Guyancourt