1° journée : Guyancourt - Loudéac soit 450 km




Lundi 20 Août, 21h30 : notre départ

Avec Jean-Louis et Jean-Yves, nous sommes restés groupés jusqu'au départ. La nuit tombe en même temps que nous donnons nos premiers coups de pédale. La foule est nombreuses sur les lieux du départ et sur les premiers km, les encouragements aussi. On nous souhaite bonne nuit, bonne route, courage, ... Soulagés, la pédalée est souple, l'attention importante. Vers 23h, je m'arrête pour me couvrir afin de me protéger du crachin qui pourrait passer à la pluie. Jean-Yves et moi ne nous quittons guère; la nuit, les groupes qui se forment et se déforment nous séparent parfois, mais nous arrivons à notre premier arrêt programmé à Chateauneuf-en-Thymerais ensemble. Le Café des Sports est un point de ralliement pour les rubans blancs, les participants au forum de PBP. J'y rencontre quelques cyclos connus par ce biais. Et peu après, Jean-Louis y arrive aussi. 210116 Nous repartons tous les 3 ensemble, mais plus pour longtemps car nous prenons chacun notre rythme. Au fil des km, les groupes sont de plus en plus épars et je trouve qu'il y a beaucoup de cyclos qui rencontrent des incidents (crevaisons). La pluie fine, la nuit, la solitude des uns ne doit pas leur faciliter la réparation. J'ai la chance de ne pas me retrouver ainsi sur le bord de la route. Je poursuis mon chemin en observant ce long serpent rouge au devant, blanc à l'arrière.
Inquiet pour ces malchanceux, je m'arrête pour en photographier un et échanger avec lui. Surprise, c'est un japonais. En échange de sa "pose", je l'éclaire pour lui faciliter la tâche. 210316 Mortagne au Perche n'est plus bien loin et cet arrêt pour prendre un repas sera le bienvenu après 6h de route. J'ai 15mn d'avance sur mon plan de route établi sur une base AUDAX. L'accueil est chaleureux, les cyclos déjà nombreux. A peine suis-je attablé que Jean-Louis arrive à son tour. Il repart un peu plus vite que moi car j'ai prévu 45mn d'arrêt. En sortant du lieu d'accueil, c'est le déluge qui m'attend à l'extérieur. Si redoutée, la pluie est là et il faut faire avec. 210417
En sortant du lieu d'accueil, c'est le déluge qui m'attend à l'extérieur. Si redoutée, la pluie est là et il faudra faire avec. Le démarrage n'est pas facile, il faut s'habituer à la nuit et à la pluie, rouler avec prudence sur les routes accidentées du Perche. Heureusement que nous sommes nombreux, il suffit de suivre les lumières du devant. Pas besoin de chercher le fléchage, ce qui serait très difficile seul. Avec le jour qui se lève, la pluie cesse; je fais un petit arrêt à Fresnay sur Sarthe vers 7h pour manger un peu et faire le plein de mes bidons. La fatigue en a déjà atteint plusieurs qui n'hésitent pas à s'arrêter pour dormir. 210744 L'entrée en Mayenne est parcourue sous un ciel bien gris, avec un vent contraire comme depuis le départ, mais en regardant les visages des cyclos, nul ne semble atteint au moral; les sourires sont là. Nous vivons et participons à un évènement exceptionnel. Avec ces conditions climatiques, je viens de perdre plus de 30mn. Rien de bien grave, j'arrive au premier contrôle à Villaines La Juhel. Dès mon contrôle effectué, je me rend auprès du service de soins pour soulager ma tendinite qui s'est fait sentir dès le km50.
L'entrée en Mayenne est parcourue sous un ciel bien gris, avec un vent contraire comme depuis le départ, mais en regardant les visages des cyclos, nul ne semble atteint au moral; les sourires sont là. Nous vivons et participons à un évènement exceptionnel. 210818 210824


Mardi 21 Août, 8h45 : Villaines La Juhel

210842 Avec ces conditions climatiques, je viens de perdre plus de 30mn. Rien de bien grave, j'arrive au premier contrôle à Villaines La Juhel. je me rend aussitôt auprès du service de soins pour soulager ma tendinite qui s'est fait sentir dès le km50. L'équipe médicale est disponible et prête à entrer en action durant 3 jours. Je prend déjà rendez-vous pour jeudi.
Dans la salle de contrôle, je rencontre quelques cyclos des Audax Lavallois venus pour nous encourager. C'est ainsi que j'apprend que Bernard, parti 1/2h après moi est déjà passé, jean-LOuis et Jean-Yves également. En me rendant au self pour prendre un petit-déjeuner, je constate qu'il va me falloir attendre et je ressort aussitôt pour aller dans un café à la sortie de la ville. J'y suis très bien accueilli et j'en profite pour me changer et me reposer 5mn.
210845
Le temps reste très couvert, de petits groupe se font et se defont au gré des arrêts des uns pour un café, un besoin naturel, du relief, aussi il est très difficile de rester organisé bien longtemps. Des spectateurs peu nombreux mais motivés et encourageants sont disséminés sur les bords de route. Difficile d'en vouloir aux absents vus la météo. Aussi, des images comme celle de cette fillette seule, dans la descente vers Ambrières les Vallées, me restent gravées en mémoire. 211001 211104 211135


Mardi 21 Août, 13h40 : Fougères

211340 La pluie se remet à tomber ce midi, et c'est couvert mouillé que j'arrive au contrôle de Fougères où j'ai rendez-vous avec ma femme Sylvie qui assure mon assistance technique. 3 rendez-vous sont programmés : ici à l'aller et au retour ainsi qu'à Sizun avec ma famille.
Jules, l'un des cyclos avec qui j'ai fais mes débuts aux AUDAX Lavallois est venu ici pour nous encourager. Souhaitant me mettre rapidement au sec, je passe au contrôle puis à l'infirmerie avant d'aller me changer et manger dans un restaurant. Pas génial, mais pas le courage d'en changer. Nous sommes quelques cyclos devant un restaurateur qui en veut à l'organisation parce que le circuit est détourné à 50m de son enseigne et qu'il a peu de clients. Le seul repas chaud qu'il puisse nous proposer, c'est de la saucisse grillée ! ! ! De ce fait, je n'y fais pas de vieux os et je repars après 1h d'arrêt seulement.
211438
Avant même d'être sorti de la ville, je m'arrête pour remettre la bâche. Ensuite, je croise 2 groupes de jeunes qui font leur Paris Brest et sont sur le retour. Ensuite, peu de souvenirs. Je me souviens seulement que j'ai beaucoup roulé seul. Et pas de photos pour me rappeler cet après-midi. J'en conclus donc que c'est la pluie qui est la cause de cette défaillance de mémoire. 211635 Le contrôle de Tinténiac : aucune trace, pas le moindre indice. J'attend de recevoir ma carte de route pour connaitre l'heure de mon passage.
Ensuite, direction Bécherel. Sur cette route, je fais la connaissance de Tandem Breton (Magaly et Patrick), participant au forum. Nous discutons un peu avant de nous séparer lorsque le relief m'est plus favorable. Ils me doublent peu de temps après mais dès la montée de la côte, je passe devant et ne les revois plus. Et mince, j'ai oublié de les prendre en photo. Tant pis, un autre tandem s'imprime sur ma pellicule. 211951 Dans les environs de St Méen le Grand, mon tendon se rappelle à moi. Il se fait discret quand la route est accidentée et se réveille sur les portions plates.
En Bretagne comme en Mayenne, quelques mordus nous encouragent.
Et à 21h00, je m'arrête à La Trinité Porhoet pour diner.
211952
212105 212107 Ce lieu n'est pas choisi au hasard, c'est Jean Philippe dit Col du Glandon qui l'a fait ouvrir pour l'occasion. Encore un ruban blanc qui entre dans le restaurant 10mn après moi. Chacun à notre table, je dine avec Peter qui a également eu l'information de cette ouverture. Peter est l'un des 140 australiens présents sur PBP. Il vient de participer à la semaine fédérale et en est à sa 5° édition de PBP. A 22h, nous quittons les lieux vers Loudéac, terme de cette journée.

J'y arrive, sous la pluie, à 23h15. Le parc de vélos est plein, les vélos couchés nombreux. Douche, soins, et je cherche un lieu pour dormir. Le palier en haut d'un escalier est déjà occupé, je n'ai guère envie d'aller vers le dortoir sous la pluie et c'est pourquoi je me rend dans le self où quelques cyclos sont déjà endormis. Je m'installe à même le sol dans une allée.

Bilan : Prévu 24h03mn, Réalisé en 25h45mn avec des coditions météo difficiles

2° Journée : Loudéac - Loudéac